BLOG TOGOFACE

Femmes

Syndication

Syndiquer le contenu

Vos informations sur Togosite

Elim CAN U20

Mali U20 vs. Togo U20 2 - 0

TOGO: Grand concert pour la liberté de la presse

Journalistes et artistes unis pour la réouverture des radios fermées
« C’est quelque chose d’inédit, nous n’avons jamais vu pareille chose dans l’histoire de notre pays. C’est inoubliable, c’est renversant, c’est tout simplement délirant ». C’est l’impression qu’a exprimée un jeune spectateur à la fin du concert organisé samedi 18 février dernier par l’association Journalistes pour les droits de l’Homme (Jdho) et SOS Journaliste en Danger sur le terrain des Cheminots, lieu connu sous le nom de d’Akassimé.

En effet, de l’avis des défenseurs des droits des journalistes, c’est une première dans l’histoire de la lutte pour la liberté de la presse au Togo. Un concert géant réunissant artistes de la chanson et journalistes pour exiger la fin des violations des droits des journalistes au Togo et la réouverture des radios X-Solaire, Métropolys et Providence, qui ont été fermées par l’Autorité de réglementation des secteurs des postes et télécommunications (ART&P) pour défaut de récépissé et désuétude de leurs matériels de travail.

Le terrain d’Akassimé était noir de monde ce samedi. C’est une foule des grands jours composée de jeunes, de femmes et même de personnes du troisième âge qui a pris d’assaut l’espace dédié aux cheminots togolais pour vivre en live le concert géant organisé par Jdho et SOS Journaliste en Danger. Etaient également présents à ce rendez-vous, les représentants des autres organisations de presse à savoir, l’Ujit, le Conapp et la Haac, venus soutenir le mouvement de protestation des journalistes qui est en train de prendre de jour en jour de l’ampleur.

Une vingtaine d’artistes de la chanson togolaise ont fait vibrer l’assistance de leurs envolées lyriques. Ceux-ci n’ont pas hésité à dénoncer l’omerta qu’essaie d’imposer le pouvoir de Faure Gnassingbé aux média, un pouvoir qui dissimule de plus en plus très mal son agacement face aux critiques de la presse privée togolaise.

C’est à Lawrence Montcho, la reine du gospel togolais qu’est revenu l’honneur de procéder à l’ouverture du concert par des chants d’adoration à l’Eternel. Et elle n’a pas déçu les attentes du public. Elle a été suivie par Tonton CC, qui fait aussi dans la catégorie gospel. Le podium sera ensuite abandonné aux mains des « insoumis », comme eux-mêmes aiment à se faire appeler. Eric MC, Ras Ly, Joe Coo, Amen Jah Cissé et les autres ont usé du pouvoir des mots pour caricaturer la situation de non droit dans laquelle vivent les Togolais et ont demandé, ensemble avec les professionnels des medias, la levée immédiate de la suspension d’émission des radios Métropolys, Providence et X-Solaire.

Marcel Agbodokou, l’animateur de l’émission « Essogbevo » -l’émission à l’origine du courroux du régime d’après les indiscrétions- est aussi apparu sur le podium pour faire la lecture en langue Ewé, de la pétition lancée par SOS Journaliste en Danger pour exiger la réouverture des radios fermées. Une Pétition qui a recueilli la signature de plus de quatre mille (4000) Togolais qui demandent au pouvoir de Faure Gnassingbé, de lever la suspension sans condition, des radios fermées.

« Nous avons envoyé des invitations à presque tous les partis politiques du Togo, y compris le Rpt. Certains sont venus, d’autres non, mais le concert a été une grande réussite », a déclaré un responsable de SOS Journaliste en Danger à la fin de la rencontre. En effet, répondant à l’invitation qui leur a été envoyée par les organisateurs, certains responsables politiques de l’opposition ont fait leur apparition au concert pour soutenir cette cause, une cause commune à tous les Togolais, de toute mouvance.

O. A.

VIA LIBERTE HEBDO TOGO

AddToAny

Share this

Pub

style="display:inline-block;width:728px;height:15px"
data-ad-client="ca-pub-7098819866645923"
data-ad-slot="9885453694">

PUBLICITE

Evénements

Publicité

Jean-Pierre Fabre, Président ANC TOGO


« La limitation du mandat présidentiel n’est plus une question juridique
mais une question politique et d’éthique. Je dis bien d’étique
puisqu’il faut respecter la parole donnée, les accords signés. Il faut
que cet accord soit aujourd’hui respecté puisqu’un accord politique est
au-dessus de la Constitution et des lois de la République»
Jean-Pierre Fabre

Horoscope

Live Score

Jeux en Ligne

Sylvanus Olympio (1902-1963) : premier président du Togo

suivez-nous sur Twitter

Togosite sur Facebook

PR Newswire