Togo : Manifestations de l'opposition les 13, 14 et 16 décembre 2017



FAURE GNASSINGBE DOIT PARTIR

EMMANUEL MACRON SUR LA CRISE TOGOLAISE "La conservation longue du pouvoir sans processus électoraux, sans cadre de pluralisme n'est pas une bonne chose"


Depuis 2006 si Faure avait appliqué l’APG, on ne serait pas cette crise


Pour la première fois depuis qu’il a quitté le pouvoir en 2014, l’ancien président du Burkina Faso Blaise Compaoré prend publiquement la parole dans un communiqué pour répondre à ceux qui l’accusent d’avoir entretenu des relations ambiguës avec les groupes jihadistes sahéliens lorsqu’il était au pouvoir.

Resté 27 ans au pouvoir avant d’être chassé par la rue en octobre 2015, Compaoré a démenti vendredi depuis son exil à Abidjan “tout lien coupable avec les terroristes” islamistes sous sa présidence, dans un communiqué parvenu à l’AFP.

“Je ne peux accepter de lire (…) que j’aurais pu avoir des liens coupables avec les terroristes d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique, lesquels justifieraient en réaction les attaques subies par mon pays”, affirme M. Compaoré, rompant ainsi “un devoir de réserve absolu” qu’il observait depuis sa chute, selon le communiqué transmis par son avocat Pierre-Olivier Sur.

“Ceci est odieux, scandaleux, abject. Et chacun comprendra que cela nécessite qu’aujourd’hui, je brise exceptionnellement le silence et que je quitte mon devoir de réserve pour condamner fermement des allégations formulées avec légèreté qui ne sont que la marque d’une très grave irresponsabilité”, souligne l’ancien président.

“Depuis que j’ai quitté le pouvoir, j’ai observé un devoir de réserve absolu. Cependant, je reste très attentif à l’actualité de mon pays. J’ai souffert lorsqu’il a été l’objet d’attaques terroristes qui ont occasionné de nombreuses pertes en vies humaines”, assure M. Compoaré.


Togosite.com ----- Contactez-Nous
Togosite.com
DMC Firewall is a Joomla Security extension!